07-09-2015

 

3

Bien que Juriste de formation, j'ai toujours pratiqué la danse classique, le jazz et le théâtre. Cette passion m'a amenée à Bruxelles où j'ai dirigé de 1988 à 1993 le Gym Jazz Garden et c'est dans cette ville que s'est faite ma rencontre avec le Tango Argentin.

Christine Versé, une belge établie en Argentine a introduit cette danse lors de ses passages et ensemble nous avons créé l'Academia Del Tango Argentino que j'ai transportée à Orléans puis en Angleterre (Milton Keynes) puis je suis venue m'établir définitivement à Marseille en 2001.

J'ai complété ma formation avec des danseurs établis à Paris (Coco Diaz, Javier Castello, Alfredo Palacios, Miguel Gabis) et à Buenos Aires (Pocho Pizarro, Mingo Pugliese, Marisa Talamoni).

Mon séjour de 2 ans en Angleterre (Milton Keynes) m'a permis de mettre en place le projet "Conservatoire populaire de Tango et Folklore argentin"et de créer avec le photographe limougeaud Jean-Claude Berland un travail d'écriture photographique Noir & Blanc "Esprit tango" qui a été exposé à Tulles et au Festival "Images en scène".

Parler du tango pour moi, c'est avant tout parler de l'histoire d'une rencontre avec un pays, une culture, une musique, un sentiment, à travers sa propre expérience. Puis il devient une fenêtre ouverte sur une réalité, un monde, un microcosme où observer ces danseurs dont le seul langage est une poésie marchée, nous pousse à cheminer vers un univers qui fait écho. Le tango devient alors une résonance, une projection de nous même car il raconte une histoire qui nous implique: C'est le début d'une fascination pour une danse qui nous renvoie à nos sentiments primitifs : aller à la rencontre de l'autre et l'enlacer. Par ce geste symbolique, le danseur vient nous parler d'amour mais au sens 'Tanguero' du terme. Il vient nous raconter une histoire, la sienne, nous faire partager un voyage au cœur de l'intime. Le tango devient alors une pulsation qui se construit à deux et ce personnage qui cohabite avec plusieurs sentiments et plusieurs personnes garde tout son mystère et sa contradiction.

"Véhiculer devient plus important que montrer."

J'ai créé à Marseille le concept "Conservatoire populaire et solidaire" pour partager mon expérience, créer des spectacles et participer aux évènements régionaux. Ce concept innovant et dynamique est basé sur le partage artistique entre danseurs et artistes.

Avec un intellectuel argentin établi à Marseille, Claudio Farias, j'ai coécrit un livre sous forme de dialogue "Le tango n'est pas une danse : entretiens dans la tourmente" pour montrer comment l'argentin a construit une danse à l'image de son pays et que le tango est indissociable de la culture (Edité à compte d'auteur, le livre est disponible à la librairie Maupetit à Marseille et à la librarie Contrebandes à Toulon).

 

"Le tango nous pousse à savoir qui nous sommes. C'est cette démarche que je transmets aujourd'hui dans mes cours et à travers mes spectacles. Donner du sens à sa danse, c'est comprendre pourquoi l'âme du tango l'a menée à l'université et l'a inscrite en 2009 au patrimoine de l'humanité".

 

 Capture

 

 Visionnez le spectacle "Alquimia del tango" que j'ai créé au Dakiling Théâtre à Marseille en juin 2009. Ce spectacle situé entre tango, folklore et textes réunissait des danseurs de l'AKDmia et des professionnels.

 

 

 

 

Posté par ACADEMIA à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]